Le masque en rade

Je suis un verbeux aux mots poilus. Hirsute, je pique, je porte l’estocade virile dans les plis boueux de mon esprit souillé.

ENSOR MASQUES RAILLANT LA MORT
« Masques raillant la mort » Ensor

Dans les franges de mon carnet à simagrées, j’hésite à me tresser une raison, craignant d’essorer le fil de ma pensée effilochée. Une toile s’étiole devant moi de manière impudique.

Une image en émerge, dégoulinante d’envahissement, me tire par l’urgence. Son personnage central crie sa douleur de toutes ses couleurs : Ecris-moi s’il te plaît ! Que veut-elle que je dise qu’elle n’a déjà montré ?

Elle semble dire : Regarde-moi et tu sauras.

Alors je la parcours d’introspection, je l’effrite du regard et j’émiette sa condition. Elle a le masque qui n’a pas pris chair, la couleur de la honte. Même réfugiée sous de beaux atours, elle n’est que simulacre.

Et les pantins pathétiques qui l’entourent, l’équivoquent avec dédain sous leurs lambeaux de riches. Ma peine souffreteuse ne peut en endurer davantage, à peine le temps d’un clin d’âme.

Derrière leur masque flasque de supériorité, ils raillent par peur de dérailler. Dissimulés sous leurs peaux d’emprunt, ils me mettent la larme sous la gorge. Je les prends en pitié. Ceci est un carnaval d’éloquence malchanceuse. Un emprunt à l’existence malfamée.
Je voudrais leur dire : « tel est mort qui croyait vivre ».

Nadia Bourgeois ©

6 commentaires sur “Le masque en rade

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :