Au pays des ferme ta bouche et des bouches cousues

Andy Buchanan via Getty images Covid ô désespoir ! Au pays des ferme ta bouche et des bouches cousues, les yeux ne rient plus ou seulement à traits forcés. On ne s’étreint plus, on ne s’embrasse plus, on ne s’effleure plus ou alors à peine du regard. Muselés d’injonctions, ils pleurent des nénuphars amers auréolant leurs... Lire la Suite →

Corps oblitérés

Henry Moore (sculpteur)Upper-half of standing figures diptych Ils abreuvent le monde de grandes vanités, cherchent la perfection dans l’immortalité. Les corps oblitérés se dressent en vestales. Cet immense nombril qui dévore leur chair, soudain les fait douter. Leur morgue statuaire finit de les éroder. L’infini est trop grand et leur cœur muselé, ne peut s'y... Lire la Suite →

Message oublié

Image Le Tribunal Du Net.fr La lumière bruissait dans le regard couchant d’un arbre refeuillé. J’écoutais le cœur de sa sève écouler les minutes vagues au pied de mes espérances. Il me chantait les heures où les hommes savaient parler aux arbres, les entourer d’amour et leur conter des vers. Ils soufflaient dans leurs branches... Lire la Suite →

Ode à mes amis blogueurs et blogueuses 

Il arrive parfois qu'un élan vous traverse avec la fulgurance d'un éclair. Et si je rendais hommage à ceux qui peuplent la blogosphère, qui m'encouragent, me réservent leur attention et m'enchantent de leur voix singulière d'une façon particulière ?  Il y en a tant ! Je n'ai pu être exhaustive malheureusement, aussi, y reviendrai-je sûrement.... Lire la Suite →

METAMORPHOSE ESCHER

Le plein et le délié valsent dans les jeux d’ombres. Dans leur fragilité marquée par les accents, Se font et se défont, étirent la pénombre, Muant leurs traits figés en rêves opalescents. Nadia Bourgeois

Poème « Couleur femme »

Je suis un champ fertile où pousse le soleil, La matrice féconde arrondie des semences de sa descendance. Je suis vert amazone, souffle de l’univers. Fleuve à croupe  ondulante qui irrigue les vaisseaux de notre terre mère. Je suis terre d’Afrique, rouge d’avoir trop saigné, Qui craque sous le pas fatigué de l’enfant dépouillé. Terre... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑