Deuil clandestin

J. M. W. Turner, Fort Vimieux, 1831, huile sur toile, 71.1 cm x 106.7 cm, collection privée © Wikimedia Commons / J. M. W. Turner Deuil clandestin La nuit confidente aux longues dents piquées d’étoiles, mord l’archipel de mes insomnies. Je déborde et m’enfle du lait de ses rivages endormis. Une voile pâle hérisse mon... Lire la Suite →

Poésie en points de suspension

Points de suspension Au bout du point de suspension, il y a une respiration et demie A laquelle je m’accroche en équilibre sur un rêve, jusqu’au point de non retour. Mon âme, sur ses pointes écorchées, traque chaque bout de souffle entre les points t’y es ! Laisse le papier voler ! Je suis un... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑